CREATION 2018 : #BlancheNeige20482019-01-11T23:40:11+00:00

#BlancheNeige2048

Création Juillet 2018 – L’Odyssée / Scène conventionnée de Périgueux

photo Francis Aviet

Francis Aviet
photographies

francis.aviet@netc.eu

No SIRET : 839 904 547 00016

Licence d’utilisation : Créative Commons BY-NC-SA

Au termes de cette licence :
Vous êtes libre de reproduire, distribuer et communiquer cette photographie au public ; de modifier cette photographie.

Selon les conditions suivantes :

Paternité : la photographie peut être librement utilisée, à la condition de l’attribuer à son l’auteur en citant son nom : Francis Aviet.
Pas d’utilisation commerciale : le titulaire de droits autorise toutes les utilisations non commerciales. Les utilisations commerciales restant soumises à son autorisation et au versement de droits.
Partage à l’identique des conditions initiales : obligation pour les photos dites dérivées d’être proposées au public avec les mêmes libertés (sous les mêmes options Creative Commons) que l’œuvre originale.

Depuis son trône de pacotille, la Marâtre remplit sa solitude en se connectant au réseau. Dans son sous-sol hyper-connecté elle est entourée de fantômes de son passé : son amour pour le Roi, sa belle-fille Blanche Neige et sa relation étrange avec le roi. Elle ne parvient toujours pas à s’expliquer son impuissance face à cette créature maléfique qui lui a volé l’amour du Roi, et qui semble être responsable de sa mort.

Aujourd’hui elle est Reine et le cœur de la jeune fille est conservé dans un moniteur qui en révèle l’activité. C’est par le réseau, qu’elle découvre un jour que Blanche Neige est encore vivante – bien que sans cœur – et sévit dans les bas-fonds en attirant les hommes et en les dévorant comme elle avait jadis fait avec son père. Il faut agir, monter un piège, empoisonner la pomme, tisser la toile qui va emprisonner cette redoutable prédatrice. Mais le piège ne fonctionnera qu’un temps…

En s’inspirant librement de la nouvelle « Snow, glass, apples » de Neil Gaiman et en situant l’action en 2048, Esther Mollo et Jean-Baptiste Droulers  questionnent  la notion de réalité et la modification de la perception de cette dernière suite à l’usage quotidien du numérique dans notre vie.

Un conte moderne féroce sous forme d’un solo où se mêlent son, vidéo et une dramaturgie corporelle puissante.

Création les 27 juillet 2018 à 16h et 28 juillet à 15h dans le cadre du Festival Mimos – L’Odyssée / Périgueux.

Production : Théâtre Diagonale en co-production avec l’Odyssée, scène conventionnée d’intérêt national « Art et création » / Périgueux, les Maisons folie de Lille, Droit de Cité, La Ferme Dupuich de Mazingarbe.
Avec le soutien de la ville de Lille.

Remerciements : Le Gymnase, CDCN, Roubaix / Le Théâtre de chambre – 232U, Aulnoye Aymeries / L’espace Culturel La Gare, Méricourt et la Maison folie Beaulieu, Lomme.

Distribution

Conception et mise en oeuvre : Esther Mollo et Jean Baptiste Droulers
Assistante : Claire Carpentier
Interprète : Esther Mollo
Création sonore et video temps-réel : Jean Baptiste Droulers
Création Lumière : Richard Guyot 
Complicité Dramaturgique : Yannic Mancel
Accompagnement artistique : Claire Heggen
Conseil danse : Emilio Carrion
Costumes : Marie-Jeanne Smeets
Interprètes filmés : Chiara Majolino, Dominique Hach

Crédit France Bleu Périgord

Théâtre Magazine

Actualités & Réalisation n°221 – Thomas Hahn